Notre séjour au Pays de la Loire (France) : Partie 2/3

La première partie de notre séjour au Pays de la Loire, c’est par ici

Aujourd’hui, nous continuons à sillonner la France, à la découverte de plus beaux paysages de notre cher pays.

Angers

Nous arrivons enfin à Angers, où habitent l’oncle de Jb et sa famille. C’est une ville que je veux visiter depuis longtemps, mais l’occasion ne s’est jamais présentée jusqu’à ce jour.

Nous déjeunons près du musée des arts. On est samedi mais ce quartier est quasiment vide, on peine à trouver quelques commerçants ouverts entre midi et deux. Même les restaurants sont fermés. Il faut dire que nous sommes le 14 juillet, jour de la fête nationale française.

Ensuite, nous visitons le château d’Angers (9€ l’entrée). Il y a de très jolis restaurants avec terrasses en face du château.

Le jardin français, dans les duves, c’est un peu bizarre comme emplacement. Mais c’est joli (à admirer de loin uniquement, on ne peut pas le visiter).

Si on le savait, on aurait déjeuné plutôt au restaurant à l’intérieur du château, qui a un jardin magnifique. 

A l’intérieur du château, on trouve plusieurs jardins, il y en a même au niveau des remparts, il y a même un vignoble !!

Le bâtiment principal est constitué d’une chapelle simple mais spacieuse, et à droite se trouvent les appartements, convertis en exposition sur les ordres de chevalier.

On nous a conseillé de visiter la grande salle qui abrite la Tapisserie de l’Apocalypse (100m de long). La salle est climatisée, à l’abri de la lumière, il y a un petit film qui explique l’histoire de cette tapisserie et les détails qu’il faut regarder. J’avoue que malgré mon amour pour l’artisanat, cette visite ne m’a pas du tout convaincue.

Je préfère largement me prélasser sur les transats mis à disposition dans le jardin. D’ailleurs, c’est tellement agréable que le château vend même un abonnement annuel pour ceux qui ont la chance d’habiter à côté (16€/an).

Barbecue dans le jardin

Le lendemain, nous allons chercher nos grillades, réservées chez le boucher du coin. Et nous avons bien fait de les réserver car elles ont été vendues très très vite.

Nos amis Caro et Mathieu viennent déjeuner avec nous dans le jardin, et ils nous préparent une salade de fruits tellement délicieuse avec de la chantilly faite maison (miaaamm – j’ai oublié de prendre en photo le dessert, car j’ai mangé trop vite)

Rosalie

Les visites deviennent optionnelles quand on a son chat à côté. La présence de Rosalie me remplit de joie et à chaque fois qu’elle nous montre qu’elle nous aime, je me dis que le bonheur est tellement simple. Rosalie s’approprie désormais la maison, qu’elle considère comme sienne. La maison est tellement grande qu’elle a l’embarras du choix : un jour elle dormira sur le canapé, un autre jour sur un des nombreux coussins mis à sa disposition. En quelques semaines, on a pu mettre en place une routine : quand elle miaule dans la salle de bain, je vais lui remplir son bol d’eau (madame aime l’eau très fraîche), et elle m’attend dans la buanderie si elle a envie de pâtée. Elle me suit partout et nous regardons ensemble des séries sur Netflix/Canal+, Rosalie est souvent sur mes jambes, en train de dormir/ronronner.

Rosalie a le droit d’aller dans le jardin, sous surveillance. Elle y va surtout pour suivre la trace de l’autre chat de la proprio (qui n’est jamais là mais qui squatte le jardin de temps en temps), et manger de l’herbe à chat.

Les deux chats ont eu quelques affrontements mais heureusement la fenêtre était suffisamment sécurisée pour que personne ne tape personne.

C’est vraiment un crève-cœur de se séparer de son chat. Avec notre tour du monde, on a dû la placer chez ma sœur – mais en nous accordant quelques « visites » comme ça, en squattant chez ma sœur pendant ses vacances, ou en louant une maison pour passer un mois de vacances avec Rosalie. J’ai déjà envisagé l’option « nomade » pour Rosalie, mais les longs déplacements sont éprouvants pour elle, et on ne peut pas se permettre de changer de ville à 2h de voiture à chaque fois. A ce rythme, on mettrait 20 ans pour rejoindre l’Asie 😀 Avec Rosalie, on communique beaucoup et je suis certaine qu’elle nous comprend car malgré mes longues absences (jusqu’à 1 an d’affilé), elle se souvient toujours de moi. Je ne pense pas qu’elle considère son déménagement chez ma sœur comme un abandon.

Batz sur Mer

Aujourd’hui, Caro et Mathieu (qui vivent à Nantes) viennent me chercher à la maison et m’amènent à Batz sur Mer, pour un déjeuner de fruits de mer délicieux chez L’aporrhais. J’ai oublié à quel point les huîtres pouvaient être aussi bonnes, à quel point j’aimais manger ça. Si vous allez au même restaurant, pensez à réserver en terrasse, on est à l’ombre et il y aura moins de bruit.

L’eau est glaciale, mais quelques courageux arrivent à se baigner. Rien que le vent me donne déjà la chair de poule, ne parlons pas de baignade !

Nous nous rendons ensuite sur la jetée, où plusieurs pêcheurs remplissent leur seau de petits poissons (dont j’ai oublié le nom).

Nous apercevons deux énormes méduses qui doivent faire au moins 40cm de diamètre. Je pense que si je les voyais en nageant, j’aurais fait une crise cardiaque.

Nous marchons ensuite jusqu’au port pour faire un peu de shopping, découvrir de petites boutiques trop sympas, de jolies maisons avec jardin… Avec ce bleu d’océan, ce soleil, les gens joyeux à côté, ça fait trop vacances !

La Baule

Nous allons ensuite à La Baule. Je ne connaissais pas du tout cet endroit et ça m’effare de voir une Croissette bis.

Il y a tellement de monde ! Les immeubles au front de mer ne sont pas très beaux je trouve.

Au même moment, on aperçoit la patrouille de france au dessus de nos têtes : bleu, blanc, rouge… c’est trop beau !

Nous mangeons une glace délicieuse chez la Fraiseraie. A la base, c’est un producteur de fraises, mais ils ont diversifié et vendent désormais des glaces italiennes et des sorbets à tomber. Ce trop plein de commerces (on est en période de soldes en plus), de parisiens en vacances, de brouhaha, de CRS, de policiers… me rappellent trop Paris.

Trop de monde

Pendant nos 3 mois au Japon et en Corée du Sud, c’était tellement safe que je pouvais me promener avec un sac à moitié ouvert, un billet de 20$ qui dépasse de ma poche – sans que personne ne me le vole. Mais le retour en France signifie également le retour des réflexes de protection de mes affaires. C’est là où je me suis rendu compte de l’impact de cette vigilance qu’on doit s’imposer en permanence. Déjà, en tant que femme, cette vigilance ne me quitte jamais.

Mais quand on doit être vigilant tout le temps pour ses affaires, c’est comme avoir une application qui est ouverte et qui fonctionne toujours en background. Inconsciemment, l’esprit ne profite pas de l’instant présent à 100%, car il doit constamment consacrer 10% à 20% de son énergie à détecter le moindre mouvement suspect. Mine de rien, ça crée des pensées négatives, qui plombent un peu le moral.

C’est donc naturel que nous fuyons dès que possible la foule. On se demande juste pourquoi les parisiens se ruent tous ici alors qu’il y a des coins beaucoup plus sympas entre 10 et 20 minutes en voiture ? Des plages plus belles, plus calmes… certes il y aura moins de commerçants, mais les prix seront plus doux aussi.

 

Budget

  • Restaurant au musée des arts à Angers : 19€ le menu brunch
  • Entrée au château d’Angers : 9€ (option guide audio payante si besoin)
  • Restaurant L’Aporrhais à Batz sur Mer : à partir de 12€ le plat
  • La Fraiseraie à La Baule : à partir de 3,5€ la glace italienne
Notre séjour au Pays de la Loire (France) : Partie 3/3
Notre séjour au Pays de la Loire (France) : Partie 1/3
Anh

Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

All author posts
Write a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.