Papeete (Polynésie Française) : plus beau que prévu

Il nous a quand même fallu 6 heures pour faire Auckland – Papeete. Nous sommes partis le 24 novembre et sommes arrivés le 23 novembre, un jour plus tôt. On gagne en efficacité je vous dis ! Ca ne vous rappelle pas un autre tour du monde très célèbre, ça ?

airtahitinui2

AirTahitiNui prend bien soin de ses clients :

airtahitinui

Sur tous les forums, tout le monde conseille de quitter l’île Tahiti Nui, limite dès l’arrivée à l’aéroport (lol), pour aller à Moorea, Bora Bora… donc je n’avais pas beaucoup d’attente pour cette île. Finalement, elle est beaucoup plus belle que prévue.

Partie 1 : Carnet de voyage

Jour 1 :

L’arrivée à Papeete correspond à tous les préjugés qu’on a de Tahiti : collier de fleurs donné par les agences de voyage, musique des îles avec un groupe tahitien sur place alors qu’on arrive juste avant minuit. Dans l’avion, on nous donne même une fleur à mettre dans les cheveux.
Nous sommes cependant hyper déçus de ne pas avoir de tampons sur notre passeport, mais bon, la Polynésie Française, c’est la France, pas de tampon.
Le proprio de notre airbnb s’est arrangé pour qu’un chauffeur nous attende à l’aéroport. En 20 minutes, il nous amène dans une belle maison dans un quartier résidentiel, où une piscine nous attend. La cuisine est mi-ouverte, il y a des ventilateurs au plafond, les gels douche sentent bon l’huile de monoï, dans le jardin, les mangues mûres attendent sagement d’être cueillies. Un coin de paradis.

Jour 2 :

Nous passons la première matinée à explorer à pied le marché au centre ville et acheter une carte SIM. Nous comprenons très vite, vu qu’il fait 31 degrés, qu’il ne nous faut ni un vélo ni un scooter mais une voiture. Par chance, nous tombons sur un flyer d’Ecocar qui propose des voitures à partir de 35€/24h et ce, avec livraison de la voiture n’importe où sur Tahiti. Un coup de fil plus tard, le rdv est pris pour 18h30. En attendant, nous continuons notre promenade à pied pour visiter le musée de la Perle, le port de plaisance, et le marché, de nouveau.

On découvre avec amusement quelques expressions locales : « casse-croûte » pour désigner le sandwich; et « 500CFP le tas » pour « 500CFP le panier » de mangues ou d’ananas.

marche1

Autres découvertes culinaires : le sashimi de thon rouge, à un prix dérisoire (500CFP pour un énorme morceau soit 4€). On nous dit qu’en général les thons sont super frais ici, pour être sûr qu’ils le sont, vérifiez que le morceau de thon soit brillant. Pour 500CFP, on a droit aussi à gros panier de mangues, ananas ou caramboles. Et pour 300CFP, 1L d’eau de coco ou de citronnade.

Il y a une sorte de « food court » au marché, très fréquenté par les locaux. J’achète pour 800CFP un plat qui ne ressemble à rien mais qui est DELICIEUX.

Il fait trop chaud pour continuer la visite, nous revenons à notre airbnb pour profiter de la piscine et du super apéro entre voyageurs et proprios. Pour nous habituer à la conduite à droite et la boîte manuelle, vers 21h JB fait un petit tour sur les rues désertes. Pas si facile que ça puisque nos dernières expériences de conduites remontent à l’Afrique du Sud en juin et à la Nouvelle Zélande en décembre : c’est à dire avec une voiture automatique, un volant à droite en roulant à gauche.

Jour 3 :

Le lendemain, nous partons de bonne heure pour faire le tour de l’île. Nous sommes tellement contents d’avoir pris une voiture. Le tour de l’île = 200km, autant vous dire qu’à pied ou à vélo, c’est impossible pour nous.

Nous sommes aussi très contents que JB se soit entraîné à la conduite à droite hier car nous ne sommes plus en Nouvelle Zélande et il y a du trafic.

Nous commençons avec la plage de sable noir à la pointe de Vénus. On nous a conseillé de nous baigner là où il y a du sable, car la partie sans sable a un tourbillon très profond.

img_5560.jpg

C’est la première fois que nous voyons un lagoon de ce type. La plage est protégée par des rochers formant un cercle, on voit des vagues très fortes au niveau des rochers, mais à l’intérieur, il y a très peu de vagues. C’est comme si on avait la mer au sein de la mer. L’eau est super transparente et pas trop chaude. Seul inconvénient : le sable noir, non mouillé, brûle les pieds.

Nous faisons demi tour pour nous rendre à la plage PK18 (km 18 par rapport au km 0 à l’est de l’île). Cette plage n’est indiquée nulle part sur les cartes mais tout le monde la connaît. Heureusement pour les touristes comme nous, un panneau rouge indique clairement le parking de la plage.

img_5566.jpg

L’effet lagoon se voit encore plus sur cette plage de rêve où l’océan est à perte de vue. Le sable est blanc mais moins fin que celui de la pointe de Vénus, il y a un peu d’algues aussi. Mais le bonus c’est la location des paddles à 1500CFP l’heure. On a vu un courageux en train de « paddler » près des rochers protégeant le lagoon.

En continuant notre chemin vers l’est, nous nous arrêtons sur une plage en face des grottes de ?? (encore une fois nullement indiquées sur les cartes). Les grottes ne nous intéressent pas trop, mais cette plage est d’une beauté ! Depuis le bord, on peut voir les coraux et les petits poissons nageant autour. J’ai même vu un poisson fin et long de 1m, qui ressemble trop à celui qu’on a vu aux Philippines. Au début, je croyais que c’était un morceau de bois. N’ayant pas vu de panneaux, on décide de ne pas s’y baigner, on ne sait jamais. Il y a peut-être un tourbillon caché ou des méduses méchantes.

arretpoissons

Une petite visite rapide de Marae Arahurahu (les marae sont des lieux de prière sacrés) s’impose.

marae

Il y a deux répliques de statues qui nous donnent un avant-goût de l’île de Pâques.

Morts de faim, nous arrivons près de la mairie de Papara où il y a un marché et des food trucks conseillés par le proprio de notre Airbnb. Le sashimi de thon rouge à 10000CFP ne ressemble pas trop à ce qu’on voit l’habitude (la présentation & la sauce utilisée) mais c’est est DELICIEUX. On en profite pour se payer deux « casse-croûtes » (sandwichs) avec de la viande cuite au BBQ.

marche2

Dois-je ajouter que partout où l’on va, les gens sont sympas, souriants et zen ? Les voitures laissent passer les piétons, tout le monde prend tout le monde en stop (les bus étant rares), tous ceux qu’on a croisés sont souriants avec nous, le tutoiement est de rigueur. Ils ont une vie très zen aussi, on les croise souvent en train de se reposer à l’ombre au bord de la plage, à n’importe quel moment de la journée.

Nous prenons la voiture jusqu’à la petite île Tahiti Iti, mais rien n’est intéressant alors on remonte via l’autre côté voir le trou souffleur (à visiter absolument, les vagues sont très fortes donc le trou souffleur projette de l’eau comme un volcan en colère). De ce côté de l’île, on voit énormément de surfeurs et kite-surfeurs.

Les vagues près du trou-souffleur :

trousouffleur

Nous passons vite fait à Carrefour pour acheter de quoi manger le soir (et pour Moorea). On ne s’est jamais senti autant chez nous 😃  Seul le rayon poissons est différent : le sashimi de thons est vendu ici à un prix dérisoire, il y a de l’eau de coco, mais aussi l’eau de langouste…

sashimipapeete

Petite vue sympa depuis Belvadere, on voit bien les lagoons n’est-ce pas ?

papeetebelvedere

Le lendemain matin, nous prenons le ferry Amirity de bonne heure, sans réservation, pour Moorea.

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Taxi aéroport – Airbnb : 3000CFP (25€)
  • Airbnb : 50€/jour avec piscine, porte avec code, tip top pour une arrivée nocturne
  • Location de voiture 24h chez Ecocar : 4500CFP/24h -> 9000CFP en tout
  • Nourriture :
    • au marché : 1500CFP/repas
    • food truck : 1900CFP/repas
    • au supermarché : 5500CFP (3 repas, il vaut mieux ne pas cuisiner)
  • Téléphone : Vodafone 750CFP le kit carte SIM (15 minutes d’appel) + 1000CFP de charge pour 30mn d’appel au total (on en a vraiment besoin pour appeler les compagnies de location, excursions etc.)

Astuces

  • Le taxi coûte cher ici (20-25€ pour aller jusqu’au centre ville), si vous arrivez avant 22h, louez tout de suite une voiture chez Ecocar (35-45€/24h). Vos coordonnées bancaires seront notées sur une feuille de papier mais n’ayez crainte, elle sera détruite 1 mois plus tard et vous pouvez, dès le départ de l’île, demander à votre banque de bloquer tout mouvement venant de la Polynésie Française
  • Les restaurants coûtent chers, préférez les food trucks le long de la route, ou le marché au centre de Papeete (ouvert à midi)
  • Le téléphone est indispensable pour toute réservation d’activités sur Tahiti ou les autres îles.
Moorea (Polynésie Française) : nager avec les requins et raies en snorkelling
Orewa, Karekare, Piha et Auckland (Nouvelle Zélande) : derniers jours au pays de kiwis
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.