Avis sur notre invitation à la présentation du Marriott Vacation Club

Tout commence par notre check-in à l’hôtel Marriott Vacation Club « Grand Chateau » de Las Vegas. On nous remet un bon pour un cadeau à retirer auprès du concierge de l’hôtel.

Comme nous sommes membres Gold (grâce à notre carte American Express), on a régulièrement droit à une petite attention lors de notre arrivée dans notre chambre : une friandise, une carte de bienvenue manuscrite, … mais c’est la première fois qu’on nous donne un bon mystérieux comme ça.

Nous n’avons pas de grande attente, on pronostique un voucher pour une boisson au bar.

Nous allons voir le concierge. Après nous avoir présenté une carte permettant d’obtenir des discounts dans plusieurs restaurants de la ville, il passe aux choses sérieuses.

Il nous propose d’assister le lendemain à une présentation sur les offres du Marriott Vacation Club.

Ce n’est pas une petite présentation, elle dure 90 minutes !

En contrepartie (« votre temps est précieux ») nous pouvons choisir parmi trois récompenses :

  • Une carte Visa prépayée de 200 USD, qu’on peut utiliser pour acheter ce que l’on veut
  • 350 USD de bon d’achat pour le site vegas.com pour réserver des shows (c’est d’ailleurs sur ce site que nous avions déjà réservé les nôtres)
  • 40 000 points Marriott Bonvoy (équivalent plus au moins à 200 EUR)

Le concierge touche certainement une prime si on est partants, donc il nous laisse entendre que c’est de l’argent facile.

Nous ne sommes pas complètement naïfs, on sent qu’il y a un piège. On se fait confirmer qu’on n’aura rien à débourser lors de cette présentation.

Nous sommes à la fois curieux du procédé, intéressés par les 40 000 points, n’avons rien prévu le lendemain matin (sauf une grasse matinée, mais nous sommes faibles, on peut l’échanger contre 40 000 points).

Nous signons une « invitation » non sans avoir bien tout relu pour s’assurer qu’on ne s’engageait à rien d’autre que notre présence.

En retournant dans notre chambre (après avoir récupéré notre linge, même à Las Vegas, il faut gérer sa lessive !), nous faisons quelques recherches Google pour s’assurer qu’on ne va pas se retrouver dans un traquenard (spoiler : ça peut le devenir !).

Le lendemain matin : le téléphone sonne à 8h, on me rappelait que nous sommes attendus à 8h30. Alors que notre rendez-vous est à 9h, sympa de nous avoir volé 30 minutes de sommeil !

On se présente à 9h, avec la ferme intention de ne s’engager à rien et la curiosité de la sauce à laquelle on va être mangée. On nous offre une boisson chaude et une conseillère arrive avec un peu de retard. Surprise : elle est marocaine, on va pouvoir parler français. Je me suis posé la question, mais je pense que c’est un hasard.

On s’attendait à un discours commercial à l’américaine super bien rodé, on est restés sur notre faim. La conseillère était assez brouillonne dans sa démonstration. Heureusement qu’on s’était un peu renseignés la veille, on aurait mis un peu de temps avant de comprendre de quoi elle nous parlait ! Elle commence en prenant comme un exemple un séjour dans un hôtel Ritz Carlton dans les Caraïbes à 5000 USD la nuit, ce qui est complètement hors de notre contexte.

Même si ce n’est certainement pas la conseillère la plus talentueuse, on comprendra un peu plus tard que si elle était un peu en retard, c’est qu’elle finalisait une vente de plusieurs dizaines de milliers de dollars !

Trêve de suspens, de quoi s’agit-il ?

On nous propose de devenir « propriétaires ».

Le principe ? Vous payez « one shot » un certain montant qui vous permettra d’obtenir des points, tous les ans, à vie (et même plus, votre descendance pourra en profiter après votre mort).

Ces points, vous pouvez les échanger contre des nuitées dans tous les hôtels du programme, sachant que rien que Marriott gère plus de 9 000 hôtels dans le monde.

L’idée est inspirée du système « time share » qui semble très populaire aux USA. Le principe consiste à devenir propriétaire d’une semaine, deux semaines, trois semaines par an dans un hôtel donné. La différence dans notre cas, c’est qu’on n’achète pas dans un hôtel précis, on peut l’utiliser dans tous les hôtels du programme au gré de nos envies de voyage.

Plusieurs avantages sont avancés :

  • On paie une fois pour bénéficier de nuitées à vie
  • Le nombre de points nécessaires par nuitée dépend des hôtels, mais il reste fixe. Il ne subit pas l’inflation (ce qui est un super argument dans la période inflationniste actuelle)
  • Si on n’utilise pas des points une année, ils ne sont pas perdus

Un point s’achète actuellement pour 17,2 USD. Montant qui augmente tous les trimestres, on a donc tout intérêt à souscrire dès maintenant !

Par exemple, une nuit dans l’hôtel où nous séjournons actuellement vaut 160 points. Admettons que nous voulons séjourner 14 nuits par an dans un hôtel de ce type, il nous faut donc acheter 2 240 points.

Pour une valeur de 38 528 USD.

C’est une sacrée somme ! Mais sur le principe, pourquoi pas. Une nuit dans cet hôtel vaut environ 260 USD. Il faudrait 148 nuits pour rentabiliser l’investissement de départ. Soit un peu plus de 10 ans. En réalité, ce serait même moins que ça pour atteindre le point de rentabilité, puisque je ne prends pas en compte l’inflation qu’il y aura lors des 10 prochaines années.

Après ces 10 ans, vous bénéficierez de nuits gratuites, ad vitam æternam.

Notre conseillère ne nous l’a pas présenté aussi bien que ça, mais nous imaginons très bien qu’avec les arguments qui vont bien, un discours commercial bien rodé peut être diablement redoutable.

Ce qu’on ne vous dit pas, ou alors, il faut vraiment gratter, c’est que :

  • Tous les ans, vous devrez payer des frais de maintenance annuels de 0,78 USD par point. Soit tout de même plus de 1 700 euros par an dans notre exemple.
  • Ce montant de maintenance n’est pas fixe, il peut évoluer à la hausse chaque année.
  • On ne vous communique pas la liste des hôtels et leur valeur « points par nuitée » qui nous permettrait d’étudier si le programme est intéressant par rapport à votre façon de voyager. Pendant le rendez-vous, on nous montre des exemples, mais impossible d’étudier en détail.
  • A priori, les ratios « nombre de points vs prix si on payait en cash » sont intéressants pour les établissements Marriott Vacation Club, mais beaucoup moins pour les hôtels « non club »
  • La disponibilité des hôtels n’est pas garantie, il doit y avoir un petit quota de chambres pour les « propriétaires », priorité étant donnée aux clients « qui payent leur nuit cash ».

Après environ une heure de discussion (on jouait vraiment le jeu d’écouter ce qu’on nous proposait pour voir si ça pouvait nous intéresser), on a commencé à poser des questions précises sur le fonctionnement des frais, le besoin qu’on avait d’avoir le catalogue pour étudier si c’était rentable pour nous, …

Je pense qu’à ce moment, la conseillère a compris qu’on ne tomberait pas dans le panneau, et le ton a brusquement changé :

– « Êtes vous prêts aujourd’hui à signer avec nous ? »

– « Bien sûr que non, vous nous avez invités à une présentation, on prendra le temps d’étudier votre proposition avant de se décider, surtout pour un tel montant »

– « Que fait-on ici alors ? Vous perdez votre temps et moi le mien. Nous sommes intéressés par des gens prêts à signer dès aujourd’hui ».

Ca a le mérite de la franchise, mais quel culot !

L’échange s’est arrêté rapidement ensuite, heureusement, car ça devenait assez désagréable.

La conseillère est allée débriefer sa responsable. J’ai glissé à Anh : « Tu vas voir, ils vont nous faire le coup du manager qui revient avec une offre incroyable ».

J’étais à moitié dans le vrai, nous avons eu un autre échange de quelques minutes avec une autre personne, très sympathique. Elle nous a indiqué que c’était tout à fait normal d’avoir le besoin de réfléchir. Elle nous a proposé autre chose à un tarif beaucoup plus raisonnable (prépayer un séjour aux USA, à utiliser dans les 18 mois en bénéficiant d’un discount). C’était facile à refuser : on n’a pas prévu de revenir aux USA dans les 18 mois.

La personne nous a alors remis le coupon validant notre cadeau de 40 000 points, et c’était terminé. Le tout a duré 90 minutes, comme prévu !

Ce qui est assez effrayant, c’est qu’en ne restant que 90 minutes, dans une pièce seuls, nous avons tout de même été témoins, par hasard, de deux signatures de contrat.

On a donc des gens, qui se sont levés ce matin sans avoir d’idée précise de ce qu’on allait leur présenter. Après une petite présentation, sont prêts à faire un chèque de plusieurs dizaines de milliers de dollars, sans avoir pris le temps de la réflexion.

Soit ces gens sont très riches, soit ils font n’importe quoi avec leur argent, soit la méthode commerciale est redoutable.

Sûrement un peu des trois.

Je ne sais pas quelles sont les règles aux USA en termes de droit de rétractation, mais il suffit de Googler le nom du programme pour trouver des centaines de témoignages de personnes qui crient à l’arnaque : que la réalité du programme est bien loin de la présentation magique qu’on leur avait faite.

Autre point qui m’a étonné : alors qu’on restait des clients potentiels (qui avaient simplement besoin de réfléchir), on ne nous a laissé aucune documentation, aucun « quand puis je vous recontacter ? », aucun « voici ma carte avec mes coordonnées si vous avez des questions », aucun « voici le bon de commande à nous renvoyer quand vous êtes décidés », … rien ! Ils sont vraiment dans une stratégie : « On doit signer aujourd’hui, en 90 minutes, sinon le client va se renseigner et c’est trop tard ».

Enfin, je trouve ça assez hallucinant que Marriott, une des plus grande chaîne hôtelière dans le monde, profite du séjour de ses clients pour les envoyer au casse pipe comme ça.

Au final, nous sommes plutôt contents de l’expérience : nous avons découvert un univers qu’on ne connaissait pas, même si on aurait aimé avoir une conseillère plus douée, et on ressort avec 40 000 points qui nous permettront de bénéficier d’une ou deux nuits dans des hôtels Marriott 100% gratuitement, sans même payer de frais de maintenance !

Mes Favoris du Moment [Décembre 2023] : Les idées de William Morris
Joshua Tree National Park – Road trip dans l’Ouest américain #15
    Jean-Benoit

    Passionné de SEO, Jean-Benoit a toujours rêvé d'aventures et de grands espaces. Ce tour du monde est pour lui la réalisation de son plus grand rêve.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.