Comment laver son linge pendant le tour du monde

C’était une des questions pratiques que je me suis posées avant le tour du monde, sans avoir vraiment de réponses satisfaisantes. Amenant peu de vêtements avec nous, nous devons laver souvent nos vêtements, mais où, comment et combien ça coûte ?

Nous nous sommes vite rendus compte qu’il fallait combiner plusieurs méthodes : laver par nous-mêmes, donner à notre hôtel ou donner à une laverie.

Laver les vêtements nous-même 

Dans de nombreux hôtels, on ne trouve pas forcément un grand lavabo ou un seau pour laver ses vêtements. Laver ses vêtements à la main plusieurs fois par semaine devient vite lassant et abîme les mains.

Pour nous faciliter la tâche, nous avons acheté une « machine à laver portative« , le Scrubba Wash Bag, super léger (145g), permettant de :

  • laver aussi bien qu’une machine
  • laver n’importe où
  • passer beaucoup moins de temps à laver (entre 30 secondes et 3mn pour frotter les vêtements)
  • sans abîmer nos mains

Scrubba_bag_in_use_copy_1024x1024

OJ250614MW0094_1024x1024 compact_Scrubba_wash_bag_1024x1024

ScrubbaWashBag_UserSteps2_large

Avoir un sac de ce type, c’est comme avoir un seau portatif, qui se transforme en une machine à laver grâce à sa fonction waterproof et des « graines » à l’intérieur du sac pour bien laver. Il peut en plus être compressé, fermé hermétiquement, permettant d’être utilisé comme sac de linge sale, sans l’odeur désagréable.

Le séchage se fait soit dans la salle de bain (en mettant le ventilo à fond), au rooftop de l’hôtel ou sur le balcon (si on en a), ou dans la chambre s’il fait chaud. Dans ce cas, on tend une corde de parachute et sèche notre linge dessus.

Les +

  • On peut laver n’importe où, même dans la forêt. Il faut juste suffisamment d’eau
  • En utilisant ce sac, on peut laver avec n’importe quel produit (shampooing, savon, nettoyant visage…) Le résultat est le même : super propre

Les –

  • Le coût : le sac coûte dans les 50 euros (mais il est vite rentabilisé)
  • L’essorage demande toujours du muscle
  • Le séchage dépend de la météo ou de la chambre (les chambres avec clim permettent un meilleur séchage car la clim absorbe bien l’humidité). Si on reste juste une nuit dans un hôtel, la seule chose qui puisse sécher en une nuit est la lingerie.
  • Laver son linge, c’est chiant 🙁

Donner le linge à l’hôtel

C’est la solution idéale si l’hôtel propose des tarifs raisonnables (càd un tarif au poids et non au nombre de vêtements). Les méthodes de lavage dépendent du pays. En Inde et au Népal, le lavage se fait à la main et le séchage au soleil. En Thaïlande, au Vietnam, au Chili, en Argentine… tout se fait à la machine.

Les + 

  • Pratique pour pas trop cher (environ 1€/kg)
  • Les hôtels sont très consciencieux et notent précisément le nombre d’articles confiés
  • Ne pas laver son linge soi-même, quel bonheur 🙂

Les – 

  • Certains hôtels sous-traitent cette partie aux laveries en prenant une commission, le prix peut être un chouïa plus élevé
  • Les hôtels acceptent de le faire seulement si vous restez deux nuits ou plus. Ils refusent tous de laver en mode express
  • En cas de mauvais temps, les vêtements propres peuvent être rendus seulement au bout de 2 jours parce que la météo n’était pas favorable.

Donner le linge aux laveries

Les +

  • Pratique et pas cher, en général on paie par kg et paie un supplément si les vêtements sont en plus repassés
  • En cas d’urgence, on peut souvent récupérer notre linge le jour même moyennant un supplément

Les –

  • Risque de perte de quelques vêtements car ils sont moins rigoureux que les hôtels

Quelques infos et tarifs des pays que nous avons visités

  • Afrique du Sud : au Kruger Park, nous avons dû laver tous nos vêtements nous-même. Seuls les gros camps sont équipés de machines à laver. A Plettenberg Bay, nous avons donné les vêtements à notre hôtel en payant par unité (5€ pour une dizaine de vêtements). Les vêtements étaient donnés le matin et tout propres le soir. Au Cap, le prix était de 2€/kg.
  • Inde : nous avons lavé nos vêtements la plupart du temps. Il faisait tellement chaud que tout séchait en une demi journée. Quand nous pouvions, nous les confions aux hôtels, pour 150 roupies/sac. Séchés sous le soleil écrasant, vos vêtements seront rendus un peu rêches. Nous évitions de les donner aux laveries, pour des questions d’hygiène.
  • Népal : dans les lieux touristiques, on peut faire laver ses vêtements pour 80 roupies/kg dans les laveries. Le temps de lavage et séchage dépend de la météo. Nous avons dû laver nos vêtements dans les lieux moins touristiques comme Nagarkot et Birgunj.
  • Thaïlande : les laveries sont disponibles partout, il suffit de sortir dans la rue pour en trouver une. Les tarifs sont entre 40 et 50 bahts/kg. Risque de perte d’un ou deux vêtements dans ce process. A Chiang Mai, un service vient chercher le linge sale et le ramène chez vous
  • Birmanie : nous alternons entre le lavage à la main et les hôtels. Le lavage à la main est surtout dû à la mousson : les pantalons sont vite salis par la pluie et la boue. Si vous passez par l’hôtel ou laverie : ça coûte entre 300 kyats et 500 kyats/vêtement.
  • Hong Kong : 2€ par vêtement, autant vous dire qu’on a tout lavé à la main
  • Philippines : Manille : 29 pesos par kg avec minimum 4kg à chaque fois. Sur les îles, les prix varient entre 40 et 65 pesos/kg (pas de poids minimum). Nous avons quand même dû laver nous-même certains vêtements, notamment après les excursions en bateau sur les îles (maillots de bain, serviettes…)
  • Vietnam : entre 20000vnd et 40000vnd/kg
  • Singapour : nous avons lavé nos vêtements avec notre sac de lavage
  • Malaisie : nous avons lavé nos vêtements avec notre sac de lavage
  • Nouvelle Zélande : machines à laver disponibles dans les auberges ou campings pour 4$NZ/lavage et 4$NZ/séchoir.
  • Tahiti : nous avons lavé nos vêtements avec notre sac de lavage, ça sèche hyper vite ici
  • Île de Pâques : 6000$CH/machine, séchage compris
  • Chili : entre 4000$CH et 6000$CH/machine, séchage compris
  • Argentine : entre 80$AR et 100$AR/machine, séchage compris
Anh

Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

Lire tous mes articles
Write a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.