Kruger Park (Afrique du Sud) – Le meilleur des safaris

Notre toute première destination pour le tour du monde !

Nous commençons par un safari d’une semaine au fameux parc Kruger. La particularité de ce parc, c’est la possibilité de venir avec sa propre voiture pour voir les animaux en totale liberté.

Voici notre carnet de route. N’hésitez pas à consulter aussi notre Guide du Kruger Park si nous vous avons donné envie de visiter ce magnifique parc.

Jour 1 : Aéroport Johannesburg -> Hazyview

Arrivée à 9h45 à Johannesburg. Après avoir complété les démarches administratives habituelles (contrôle d’identité, récupération des bagages, retrait d’argent, achat d’une carte SIM), nous sommes confortablement installés dans notre voiture de location à 12h. JB fait quelques tours dans le parking pour s’habituer à la conduire à gauche, tandis que Anh harcèle le loueur de voitures sur « comment se comporter en Afrique du Sud quand on a une voiture ». Ce qui en sort de cet interrogatoire : il faut toujours verrouiller la voiture & remonter les vitres (même quand on roule), ne rien laisser traîner dedans, ne pas prendre d’autostoppeurs. En cas d’amende par la police, il faut exiger un papier écrit et aller payer au centre de police, ne pas régler directement au policier. Rassurant !

C’est parti pour 4h de conduite à gauche sans souci, même si nous trouvons hallucinant de voir des gens traverser l’autoroute en courant ou faisant de l’autostop sur la bande d’urgence (on parle de vraies autoroutes où l’on roule à 120 !). JB a une certaine propension à rouler un petit peu trop à gauche et à mettre les essuies-glaces plutôt que le clignotant (les commandes sont inversées par rapport à ce que nous connaissons) mais rien de bien grave. Pour info, les pédales de frein et vitesse ne sont pas inversés. Après plusieurs stops aux stations service (stations TOTAL, avec un grand panneau « Bonjour ») pour déjeuner, acheter de l’eau, faire le plein d’essence et se reposer 5 minutes, nous arrivons à notre guest house à Hazyview, très proche du Kruger Park, pile poil à 17h30 à la tombée de la nuit. Nous découvrons que c’est la partie « no man’s land » de Hazyview et non la partie urbaine. Et l’hôtel ne dispose pas de restaurant. Notre premier dîner = 2 tasses d’eau chaude sucrée et un Kit Kat acheté auparavant à la station de service, car JB n’est plus du tout motivé pour reprendre la route dans le noir complet.

Cela nous fait bien rigoler, mais on s’est noté de toujours avoir sur nous 2 ou 3 barres de céréales désormais au cas où…

Jour 2 : Hazyview -> Phabeni Gate -> Skukuza

Avant d’entrer dans le parc, nous partons tôt pour faire les courses à Hazyview (partie urbaine) chez Pick’n’Pay à 7h45. Je vous mettrai une photo du supermarché ici pour rassurer ceux qui ont peur de crever de faim. Nous n’achèterons pas de viande, faute de pouvoir respecter la chaîne du froid.

Direction le Phabeni Gate, une entrée peu fréquentée du Kruger Park.

Arrivés à 8h30, nous remplissons un formulaire de demande d’entrée, il y a une question « avez-vous une arme à feu ? ». Note : si vous préférez acheter la Wild Card au lieu de payer les frais de conservation journaliers, elle n’est pas à acheter ici, mais au premier restcamp où vous dormirez. Le nôtre est le Skukuza, le plus grand camp de Kruger Park, on dirait une ville avec sa Poste, un musée, un restaurant, un centre médical, etc.

5 minutes après notre entrée dans le parc Kruger, une voiture s’arrête devant nous. On s’arrête aussi mais ne sait pas ce qu’ils regardent. Le conducteur nous fait signe de regarder derrière. JB voit un éléphant traverser la route dans son rétroviseur. Ca commence fort !

IMG_0426

5 minutes plus tard, un troupeau d’antilopes attire notre attention.

10 minutes plus tard, on voit un buffle traverser la route, on s’en émerveille avant de s’apercevoir qu’un troupeau entier est en train de dormir à côté

IMG_0429

C’est avec excitation et émerveillement que nous arrivons à Skukuza à 10h30, où nous achetons la Wild Card et prenons notre déjeuner en face de la rivière Sabie. La vue est magnifique mais aucun animal ne vient boire ici. Quelques « résidents » sont repérés : sangliers & antilopes. Apparemment il y a un léopard « résident » du Skukuza, pas très loin du camp mais il s’est bien caché. Le check-in étant à 14h, nous décidons de ne pas attendre le check in et partir vers le Sud direction Biynamiti.

Sur notre chemin, nous croisons plein d’antilopes. Il y a plus de 150 000 antilopes sur l’ensemble du parc. Nous en croiserons partout et tout le temps pendant notre séjour.

Arrivés à Wehr, nous voyons plusieurs voitures s’arrêter sur le pont, sans voir quel animal attire leur attention à ce point. Nous allions nous mettre sur le pont avant qu’une voiture nous fasse signe de reculer. Nous nous posons sur le côté et avant d’avoir eu le temps d’aller sur le pont, nous voyons une horde d’éléphants passer juste devant nous.

10 secondes plus tard, nous nous rendons compte que nous sommes encerclés par des éléphants, pas question de bouger, c’est trop risqué. Nous remarquons qu’un petit éléphant a du mal à descendre, il se fait aider par sa mère et les deux bloquent le passage. Un gros éléphant à notre gauche s’impatiente et tente de passer… eh ben peut-être en nous écrasant ? En tout cas, je vois sa trompe s’approcher de la porte gauche et les images de voitures renversées par des éléphants apparaissent dans ma tête. Ce qui est terrible, c’est que vu le nombre d’éléphants qui passent devant et derrière la voiture, nous ne pouvons absolument rien faire.

Le petit éléphant réussit à descendre, alleluia !! Ce qui libère de la place pour le gros éléphant à ma gauche. Avant de traverser la route, il nous jette un dernier regard qui tue.

Après, ce n’est que du bonheur. Voir les éléphants s’aligner pour boire et se rafraîchir est un moment inoubliable. Un dernier éléphant arrive bien après son troupeau et savoure cet instant de solitude avec tant de sérénité et satisfaction que ça m’a donné les larmes aux yeux. Qui aurait cru que notre tour du monde allait commencer de cette manière ? N’est-on pas comme cet éléphant, à profiter et penser uniquement au moment présent ?

Notre journée s’achève avec un spectacle digne d’un reportage de National Geographic : un couple de girafes au milieu de la rivière séchée (on peut les entendre depuis notre voiture, ils « ronronnent » comme des chats) et deux rhinocéros au milieu de la plaine. De petites gouttes tombent de leur museau quand ils marchent, puisqu’ils ont bu plus qu’il n’en fallait.

IMG_0469

3 des Big 5 (éléphants, buffles, rhinocéros) en une seule journée ! Nous ne pouvions pas rêver mieux.

Retour à Skukuza à 17h10 avec dîner fait maison (salade & omelette) tandis que nos voisins font du barbecue (le braai sud-africain). Ah oui, parlons du supermarché dans les camps, c’est plutôt bien fourni, un petit peu plus cher que le supermarché en ville mais vous trouverez tout ce dont vous avez besoin, je vous mettrai des photos ici. En attendant, place à la vidéo où vous verrez les éléphants dont je vous ai parlé.

Jour 3 : Skukuza -> Lower Sabie -> Tchokwanke -> Skukuza

La route Skukuza -> Lower Sabie est censée être extraordinaire mais en saison sèche, elle est plutôt décevante. Le Kruger Park est malheureusement l’une des victimes du réchauffement climatique, pendant l’hiver, beaucoup de points d’eau restent asséchés. C’est plutôt à côté de Lower Sabie qu’on voit des choses intéressantes. Nous aurions dû réserver une nuit là-bas. Non seulement ce camp est seulement à 900m d’un mini lac où il y a toujours des animaux, mais la terrasse du restaurant donne sur la rivière Sabie où tout se passe. Un léopard y est aperçu tous les 2-3 jours, les hippopotames et crocodiles y ont élu domicile et des hordes d’éléphants/antilopes/zèbres y passent régulièrement (cliquez sur l’image pour voir la version plus grande)

IMG_0495

Bon, cette fois-ci pas de léopard en vue mais les crocodiles et hippopotames sont bien là. En longeant la rivière, nous apercevons aussi des éléphants & buffles de l’autre côté de la rive.

Nous décidons de traverser la rivière et prendre la route H10, en nous disant que les animaux, après avoir bu, vont sûrement aller manger dans les terres. Pari gagné puisque nous retrouvons nos éléphants et zèbres repérés depuis l’autre côté de la rive. En plus des deux rhinocéros qui sont en train de manger sur le bord de la route. Ils sont si proches qu’on voit des traces de branches sur leur peau.
IMG_0516

Retour à Skukuza en passant par le Get-out Point d’Orpen Dam (on peut sortir de la voiture, il y a des toilettes et un lieu abrité pour observer la rivière de haut). Sur le chemin, nous voyons de nouveau plein d’animaux.

Dîner au restaurant de Skukuza en face de la rivière, où tout le monde apprécie plus le Wifi gratuit que les plats (même s’ils sont très bons).

Jour 4 : Skukuza -> Satara -> Orpen

Nous partons à 6h pour multiplier nos chances de croiser les lions.

Pari gagné car à 9h, nous voyons à côté de Tshokwane une quinzaine de lions dont des petits en train de se reposer (et nous observer). Plus loin, un lion dort en plein soleil tout seul. Et 10km plus tard, une famille de lions fait la sieste près du baobab le plus au Sud. Le pauvre baobab, si beau et si grand, tout le monde s’en fout, ils n’ont d’yeux que pour les lions.
IMG_0545

Après tant d’émotions, nous sommes moins chanceux l’après-midi car le vent commence à souffler très fort et le soleil se cache. Nous décidons donc de faire un check-in à Orpen Restcamp, nous reposer et partir à 16h avant le coucher du soleil. En 1h30 seulement, nous avons croisé 3 rhinocéros, 3 girafes et des dizaines d’antilopes & zèbres en longeant la S106.

Orpen Restcamp n’a pas de restaurant, mais le shop est bien fourni. Des sandwichs y sont vendus pour ceux qui n’aiment pas faire la cuisine. En faisant les courses, JB surprend les sud-africains et touristes en train de regarder ensemble un match de rugby (Afrique du Sud – Irlande, avec une défaite historique de l’Afrique du Sud). L’Euro 2016 est bel et bien lancé, mais les sud-africains s’en foutent royalement (au grand dam de JB).

Jour 5 : Orpen -> Satara -> Orpen

Nous partons à 6h en espérant croiser des lions se vautrer sur la route. Mais le vent souffle tellement qu’ils ont apparemment migré vers Lower Sabie la veille. Si ce n’est pas le jour des prédateurs aujourd’hui, les girafes, autruches, zèbres et éléphants sont au rendez-vous.

Un peu déçus de notre matinée, nous rentrons au camp pour une sieste et réservons « Sunset drive » (tour guidé sur des 4×4 safari) pour 15h45. A cause du froid, nous sommes les seuls clients, le guide a l’oeil aiguisé et repère en quelques secondes les animaux bien cachés. A 17h45, la nuit tombe, le guide nous donne une lampe ultra puissante pour repérer les yeux (on les voit jaunes pour les félins, bleus pour les antilopes & autres, oranges pour les singes…). Le jeu consiste à éclairer la végétation avec cette lampe, voir les yeux briller s’il y a des animaux, et dire « stop » quand on voit quelque chose.

Toujours pas de léopard pour nous ce soir, mais des éléphants, des buffles, un chat sauvage, des lapins, des bush babies (une sorte de singes), des girafes, des renards. Je vous recommande au moins un tour guidé car à part le « game sighting » ou « game driving » (termes anglais pour « faire un safari», game ici désigne les animaux), on apprend beaucoup de choses sur les animaux, par exemple qu’un éléphant renouvelle toutes ses dents jusqu’à ses 60 ans.

En rentrant au camp, JB prépare à manger et oublie de fermer le frigo à clé. 10mn plus tard, un ratel nous vole du jambon pas frais dans le frigo. Il passera toute la soirée à renverser les poubelles d’autres bungalows.

Jour 6 & 7 : Orpen -> Olifants

Départ vers le camp Olifants, recommandé par Caroline (du blog Voir le monde) car le camp donne sur la rivière Olifants, connue pour attirer les éléphants, oiseaux, crocodiles, hippopotames.

La route depuis Orpen vers Olifants est longue mais nous croisons sur le chemin un léopard (si bien caché qu’on ne voit que les feuilles bouger et pas le léopard lui-même), des hordes d’éléphants, beaucoup de buffles, girafes, antilopes et zèbres.

La vue depuis le camp Olifants est vraiment à couper le souffle, même en saison sèche. On peut s’asseoir depuis la terrasse du restaurant ou le planton pour voir plein d’animaux, pas besoin de rouler pendant des heures et des heures (cliquez sur l’image pour la voir en plus grande)

IMG_0604

Nous décidons quand même de faire l’aller-retour jusqu’à Letaba Camp, qui est doté aussi d’une vue imprenable. Anh s’impatiente de ne pas bien voir le dernier BIG 5 (léopard). Il n’y en a que 1000 dans le parc. 1000 léopards, cela semble beaucoup mais le Kruger Park fait une surface de 19 485 km2 (à titre de comparaison, la surface de Paris est de 105 km2). Donc, pendant 2h, Anh roule à 15km/h en scrutant un à un tous les arbres où un léopard peut se cacher. Résultat des courses : 0 léopard à l’horizon même si plusieurs personnes les ont aperçu le jour même sur la S49.

Sur le chemin du retour, deux éléphants nous bloquent le chemin pendant 10 minutes. Nous sommes les seuls à profiter du spectacle d’un petit éléphant qui essaie de nous impressionner en bougeant dans tous les sens.

Jour 8 : Dernier jour à Kruger Park, Olifants -> Johannesbourg

Départ à 6h30. 7h de conduite devant nous. Anh conduit jusqu’à la sortie du parc pour laisser JB se reposer avant la longue route jusqu’à Johannesbourg. Sur le chemin de sortie, nous apercevons de loin une lionne, un groupe d’éléphants qui traverse en toute vitesse, comme s’ils se sont dit « allez-y, vite vite, avant que les voitures n’arrivent » et un couple de singes sur le point de s’accoupler en plein milieu de la route. Heureusement, les deux singes ont changé d’avis et nous ont laissé passer.

Les 5h d’autoroute se passent très bien, même si le traffic devient plus important et les conducteurs beaucoup plus imprudents à partir de Pretoria. Nous rendons notre voiture à l’aéroport O.R. Tambo et prenons un taxi pour nous rendre à un guesthouse à 5mn de l’aéroport, une véritable havre de paix avec piscine & joli jardin et… matelas chauffants ! (très commun en Afrique du Sud). Joy & Steve nous accueillent les bras ouverts et nous aident à commander le taxi pour le lendemain + notre dîner. Ca nous soulage beaucoup car nous avons du mal avec l’accent sud-africain, notamment au téléphone. Joy nous montre sa collection de billets des pays du monde entier. Nous lui offrons un billet de 20 000 VND en polymère, non déchirable, résistant à l’eau, cela la ravit.

C’est ainsi que s’achève notre safari. Nous sommes ravis d’avoir choisir le Kruger Park pour notre premier safari, les nombreuses rencontres avec les animaux nous ont donné des étoiles dans les yeux.

Prochaine destination : Cape Town

Conseils Pratiques pour bien profiter du Safari au Kruger Park (Afrique du Sud)
eTourist Visa pour l'Inde: Astuces, Paiement, Photo
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.