[ESTA] Durée maximum, Pays limitrophes, Pièges… Ce que personne ne vous dira sur l’ESTA

Si vous ne vous rendez pas très souvent aux Etats-Unis, vous ne risquez pas de tomber dans les « pièges » de l’ESTA, mais si vous y allez un peu trop souvent, ou alors que vous êtes en Tour du monde et circulez un peu trop en Amérique du Nord, voici les pièges dans lesquels vous risquez de tomber, et les conséquences peuvent être graves, financières comme administratives (de la perte des billets d’avion jusqu’à interdiction de demande d’ESTA, prison, expulsion vers la France…)

La plupart des français demandent un ESTA pour se rendre aux Etats-Unis car le process est plus simple et moins cher que de demander un visa à l’Ambassade des Etats-Unis.

Il y a beaucoup de sites non-officiels consacrés à l’ESTA

La demande d’un ESTA ne vous coûte que 14$ sur le site officiel : https://esta.cbp.dhs.gov/esta/ Ce site est traduit également en français. Le formulaire est à renseigner en langue anglaise, mais les instructions sont disponibles en langue française.

Mais il y a plein d’autres sites non-officiels qui pullulent sur Internet. Ils vont vous facturer parfois 10 fois plus que le site officiel. Et passer par eux ne vous garantit PAS d’avoir un ESTA plus vite, ou d’avoir une meilleure chance d’avoir l’ESTA. Vous avez, en plus, le risque de tomber sur un faux site, et d’avoir un faux ESTA.

Donc ne faites confiance qu’au site officiel. Si vous avez des doutes et ne savez pas quel site est vraiment officiel, rendez-vous sur le site du ministère des Affaires étrangères, il y a un lien vers le site officiel.

Avoir votre ESTA ne veut pas dire que vous serez autorisé à entrer sur le sol américain

ESTA est un système automatisé utilisé pour déterminer l’admissibilité des visiteurs à voyager aux États-Unis dans le cadre du Programme d’Exemption de Visa (VWP). Et les ressortissants français sont concernés par ce programme.

L’approbation autorise uniquement un voyageur à embarquer dans un avion ou sur un bateau pour aller jusqu’aux États-Unis sans visa. Dans tous les cas, les agents des douanes et de la protection des frontières des États-Unis font les déterminations d’admissibilité dans les points d’entrée ou les installations de pré-contrôle.

Voici quelques conseils pour bien se préparer aux questions à l’immigration, que vous êtes touriste, tourdumondiste ou digital nomade

Le billet de sortie vous sera demandé à l’aéroport. Et vous ne pouvez pas montrer n’importe lequel

Pour prouver à tout le monde que vous ne comptez pas rester pour toujours aux Etats-Unis, à l’aéroport en France, on vous demandera de montrer le billet de sortie du territoire. Cependant, la définition de « sortie » a un sens assez particulier pour les US :

Le voyage ne doit pas prendre fin dans un territoire contigu ou des îles adjacentes à moins que le voyageur ne soit résident de ces lieux (source)

Ainsi, un billet de sortie pour aller au Canada, au Mexique, à Cuba, en Guadeloupe, en Martinique, aux Bahamas… ne sera pas accepté comme un billet de sortie. Il faut un billet de sortie hors la zone WVP, c’est à dire loin des pays limitrophes des Etats-Unis et les îles adjacentes suivantes :

ïles adjacentes : Anguilla, Antigua, Aruba, Bahamas, Barbade, Barbuda, Bermudes, Bonaire, Îles Vierges britanniques, Îles Caïmans, Cuba, Curaçao, Dominique, République dominicaine, Grenade, Guadeloupe, Haïti, Jamaïque, Marie-Galantine, Martinique, Miquelon, Miquelon, Montserrat, Saba, Saint-Barthélemy, Saint-Christophe, Saint-Eustache, Saint-Kitts-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Martin, Saint-Martin, Saint-Pierre, Saint-Vincent-et-Grenadines, Trinité-et-Tobago, Iles Turk-et-Caïques et autres îles Britanniques, Françaises et Hollandaises situant aux Caraïbes.

Dans notre cas, nous avions un billet d’avion vers la Colombie.

Vous avez besoin de l’ESTA, même si vous ne faites qu’une escale aux Etats-Unis, sans même sortir de l’aéroport

Beaucoup de vols depuis la France, en direction du Canada ou du Mexique… sont moins chers si vous faîtes escale aux Etats-Unis. Dans la plupart des pays, dans le cas d’un transit, on reste en zone internationale, il n’y a donc pas besoin de visa et on ne passe pas par l’immigration. Aux Etats-Unis, même pour quelques heures, on vous demandera obligatoirement l’ESTA, et ce, dès le départ à l’aéroport en France… sinon vous ne partez pas tout simplement.

ESTA ne permet pas de traverser une frontière terrestre

Si vous souhaitez traverser le petit pont à Niagara entre le Canada et les Etats-Unis, ou si vous venez du Mexique via une frontière terrestre, ce n’est pas un ESTA qu’il vous faut, mais le formulaire I-94W

ESTA peut être utilisé seulement si vous arrivez par avion ou en bateau de croisière

Par la voie terrestre, il vous faudra remplir le formulaire I-94W

Vous avez besoin d’un passeport biométrique pour demander l’ESTA

Vérifiez si c’est le cas en cherchant ce logo sur votre passeport

e-Passport symbol and passport

ESTA n’est pas pour vous si vous avez visité ces pays sensibles

Dans le cadre de la loi de 2015, les bénéficiaires du Programme d’Exemption de Visa, dont les ressortissants français, qui ont effectué un voyage en Iran, Iraq, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et ou Yémen depuis le 1er mars 2011 et toutes les personnes qui ont la double nationalité (Iran, Iraq, Soudan ou Syrie) ne peuvent plus voyager sous le Programme d’Exemption de Visa (ESTA).

Ces restrictions s’appliquent aux demandes ESTA précédemment approuvées ainsi qu’à toutes les demandes d’autorisation de voyage ESTA en cours ou à venir. Les bénéficiaires du Programme d’Exemption de Visa, dont les ressortissants français, ayant déjà obtenu une autorisation de voyage ESTA mais qui répondent à un de ces critères, ne peuvent plus bénéficier du Programme d’Exemption de Visa (ESTA).

Cette nouvelle loi n’interdit pas les personnes qui se trouvent dans ces situations de voyager aux Etats-Unis ; mais il faudra absolument faire une demande de visa avant le départ et qu’évidemment elle soit acceptée.

Durée de séjour maximum : 90 jours

C’est là où les gens sont perdus car les informations sont complètement contradictoires sur Internet. Je vous précise qu’il faut toujours vérifier et double-vérifier sur les sites officiels américains. Même le site du Ministère des Affaires étrangères (français) peut ne pas être à jour. Donc pour toutes les questions liées à la durée du séjour liée à votre ESTA, oui ou non vous avez besoin d’un visa… tout ça doit être vérifié systématiquement sur le site des Etats-Unis

Exemple 1 : entrées multiples aux Etats-Unis

Vous êtes autorisés à entrer plusieurs fois aux Etats-Unis, sur une période de 2 ans à partir de la date de délivrance d’ESTA. L’ESTA ne vous permet de séjourner aux États-Unis que 90 jours maximum

  • Exemple 1 : votre ESTA est délivré le 1 janvier 2019 et est valable jusqu’au 31 Décembre 2020
    • En Mars 2019, vous partez de France pour les US. vous restez 30 jours aux Etats-Unis puis rentrez en France
    • En Janvier 2020, vous partez de France pour les US. vous restez 30 jours aux Etats-Unis puis rentrez en France
  • Tout ça avec un seul ESTA.

Attention, avec les entrées multiples aux Etats-Unis, il est marqué qu’il devrait y avoir une période raisonnable entre les visites pour confirmer que vous ne vivez pas aux États-Unis. Cependant, ces « délais raisonnables » ne sont pas définis et ce sont les officiers à l’immigration qui vont décider au feeling. J’imagine que revenir tous les mois aux Etats-Unis, même pour 1 semaine à chaque fois, ne doit pas être considéré comme raisonnable.

Avant sur le site d’ESTA, il était marqué 90 jours par séjour. Maintenant, leur site officiel est devenu super flou et ils mentionnent « vous voyagez jusqu’à 90 jours » (Your travel is for 90 days or less). Donc j’avoue ne pas savoir si vous pouvez visiter 90 jours, revenir xxx mois plus tard pour 90 jours, ou c’est 90 jours au total pendant 2 ans.

Les infos les plus récentes sur les forums indiquent 90 jours maximum par an avec un retour obligatoire en France pour remettre le compteur à zéro, mais je n’ai pas pu vérifier cette info et avoir des sources fiables.

En tout cas, le bon sens dit que si le visa B1/B2 permet de rester jusqu’à 6 mois par an aux Etats-Unis, ce serait étonnant qu’avec l’ESTA, vous ayez les même droits qu’un visa quand même.

Voici ce qui est marqué sur le site officiel :

Votre autorisation ESTA est généralement valable pour des voyages multiples pendant une durée de deux ans (à compter de la date d’approbation) ou jusqu’à l’expiration de votre passeport si celui-ci expire avant deux ans*. Ceci veut dire que si vous avez obtenu une autorisation de voyage ESTA, vous n’avez pas besoin d’en solliciter une autre pendant toute la durée de validité. Le fait d’avoir obtenu une autorisation ESTA ne veut pas dire que vous pouvez rester aux États-Unis pendant deux ans. Elle vous permet uniquement de vous rendre aux États-Unis aux termes du Visa Waiver Program (VWP), qui ne vous permet de séjourner aux États-Unis que 90 jours maximum. Si vous prévoyez de rester au-delà de 90 jours, vous devez obtenir un visa à l’ambassade ou au consulat des États-Unis le plus proche.

Exemple 2 : Voyage aux Etats-Unis & pays limitrophes

Attention ces infos ne sont pas clairement indiquées sur le site officiel d’ESTA, je vous ai mis les sources correspondantes.

Pendant votre séjour aux Etats-Unis, si vous voyagez dans les pays limitrophes et îles adjacentes, votre compteur US n’est pas remis à zéro.

  • Exemple 2 : votre ESTA est délivré le 1 janvier 2019 et est valable jusqu’au 31 Décembre 2020
    • En Mars 2019, vous êtes résident français (en métropole) et partez de France pour les US. A l’immigration, on vous indique avec un tampon que vous pouvez rester aux US jusqu’en Mai 2019.
    • Vous restez 30 jours aux Etats-Unis puis 30 jours au Canada (avec l’eTA canadien), 10 jours aux Bahamas, 10 jours au Puerto Rico, 10 jours au Mexique = 90 jours en tout
    • A la suite de votre petit trip, vous voulez revenir aux Etats-Unis juste pour un transit.
  • Vous serez arrêté par l’immigration et on vous refusera l’entrée, car comme vous êtes entré d’abord par les Etats-Unis, puis avez passé du temps dans les pays adjacents et îles adjacentes, votre compteur s’est déclenché au mois de Mars 2019 et continue à tourner pendant tout ce temps. Vous avez écoulé les 90 jours consécutifs autorisés

Voici les îles adjacentes en question (source)

Anguilla, Antigua, Aruba, Bahamas, Barbade, Barbuda, Bermudes, Bonaire, Îles Vierges britanniques, Îles Caïmans, Cuba, Curaçao, Dominique, République dominicaine, Grenade, Guadeloupe, Haïti, Jamaïque, Marie-Galantine, Martinique, Miquelon, Miquelon, Montserrat, Saba, Saint-Barthélemy, Saint-Christophe, Saint-Eustache, Saint-Kitts-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Martin, Saint-Martin, Saint-Pierre, Saint-Vincent-et-Grenadines, Trinité-et-Tobago, Iles Turk-et-Caïques et autres îles Britanniques, Françaises et Hollandaises situant aux Caraïbes.

Pour que votre compteur des 90 jours s’arrête effectivement, vous auriez dû aller plus loin par exemple au Guatemala, de préférence en avion Source

Exemple 3 : Transit aux Etats-Unis puis voyage aux pays limitrophes

  • Exemple : votre ESTA est délivré le 1 janvier 2019 et est valable jusqu’au 31 Décembre 2020
    • En Mars 2019, vous partez de France pour le Mexique, vous transitez via les Etats-Unis. Après 90 jours au Mexique vous repassez par les Etats-Unis pour prendre un avion vers la France.
  • L’immigration aux US vous refusera l’entrée aux Etats-Unis, car même si vous avez passé entièrement les 90 jours au Mexique, vos 90 jours d’ESTA ont démarré le jour où vous avez mis les pieds en transit aux Etats-Unis.
    • Par contre, si vous partez de France pour le Mexique, vous transitez via les Etats-Unis. Après 30 jours au Mexique, vous passez 60 jours en Amérique Centrale ou Amérique du Sud.
    • Cette fois, vous avez vraiment quitté la zone WVP au bout de 30 jours, donc vous êtes autorisé à entrer aux US de nouveau. Il faut cependant pouvoir prouver avoir quitté la zone WVP à coup de tampons et billets d’avion. Source
[Guide Pratique] 14 jours de Road Trip en Floride : Itinéraire, Budget, Location de Voiture & Astuces
Comment utiliser mes Plans Google Maps personnalisés
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    2 commentaires
    • Répondre Anh

      22 novembre 2019, 17 h 18 min

      Bonjour Florence,

      Vous avez une preuve de sortie de la zone VWP (vers la France métropolitaine), on vous laissera monter dans l’avion.

      Vous ne reviendrez plus aux Etats Unis, même pas pour une escale depuis le Mexique.

      C’est tout bon.

      Pour être encore plus sûr, je m’assurerais d’avoir un billet d’avion pour le Mexique pour prouver que vous restez effectivement moins d’un mois aux USA. Et un peu de cash en dollars pour montrer que vous avez de l’argent.

      Bon voyage !
      Anh

    • Répondre Florence

      22 novembre 2019, 15 h 28 min

      Super article, merci ! Cela fait plusieurs jours que je cherche des renseignements sur le sujet car les informations trouvées sont effectivement contradictoires.
      Je pars début décembre pour la Floride où je resterai jusqu’à mi-janvier.
      Puis j’aimerais rester au Mexique jusqu’à fin mars.
      Je vais donc dépasser les 90 jours au total, et de ce qu’on m’a affirmé dans les derniers contacts que j’ai eus, cela n’est pas gênant du moment que je ne repasse par les Etats-Unis avant de rentrer en France.
      Sauf que dans cet article, vous parlez de preuve de sortie en-dehors d’un territoire voisin. Mon billet vers le Mexique ne sera donc pas valable.
      Quid alors de mon billet Mexique-France s’il est au-delà des 90 jours ???

    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.