Hong Kong (Chine) – Une ville de dingue

OMG ! Je ne comprends pas pourquoi PERSONNE ne m’a suggéré de passer MA VIE à Hong Kong. Je suis trop amoureuse de cette ville si spéciale, toute petite mais pleine d’activités. Malheureusement JB ne partage pas mon avis, il déteste !

Partie 1 : Carnets de voyage

Jour 1 : Découverte du quartier de Mong Kok

Après 10 jours chez papa et maman à Hanoi, je pars, le coeur gros, vers Hong Kong sans savoir exactement à quoi m’attendre. 1h30 à l’aéroport d’Hong Kong suffit pour que j’affirme à JB : au moins une semaine à Hong Kong, il y a TROP de choses à faire !

Arrivés à l’aéroport de Hong Kong (immense), on passe l’immigration sans aucun problème. Pas de tampon sur le passeport cependant (grosse déception pour nous qui les collectionnons) mais un petit papier nous autorisant à y rester 3 mois. JB se rend compte de la nécessité d’avoir un protège-passeport, eh oui, ça aide pour garder ce genre de petits papiers super importants.

Nous passons à 1010 acheter une carte SIM. On ne comprend rien aux explications de la vendeuses qui est plus intéressée par le paiement que par le service client. Au bout de plusieurs tentatives, on comprend enfin : on achète un certain montant de crédit, et entre des codes différents pour activer tel ou tel service, dans la limite du crédit qu’on a payé. 68HK$ nous permettra d’utiliser 3GB en 7 jours et se connecter au WIFI de CSL de manière illimitée (ils ont des hotspots partout dans la ville). Si on reste plus de 7 jours, il faudra rentrer un nouveau code pour recommander 7 jours (mais sans dépenser plus, avec le solde de nos 68HK$). Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ? Depuis le début de notre voyage, c’est le système le plus compliqué qu’on a rencontré.

On paie 33HK$/personne pour prendre un bus (A21) nous menant au quartier de Mong Kok, où se trouver notre hostel. Le trajet est super rapide et nous permet d’avoir un aperçu de Hong Kong, ses immeubles moches et petits, son port et ses milliers de containers, ses ferries, ses tunnels larges et propres, ses immenses autoroutes…

14222367_325091727834098_6485628140454222314_n 14199282_325091747834096_707335999986884892_n

Arrivés devant l’immeuble de l’hostel, on doit faire le tour de l’immeuble pour trouver un petit escalier menant au 6ème étage. La visite de la chambre se fait en 2 secondes, elle fait seulement 4m2, avec une salle de bain intégrée, où l’on prend la douche par-dessus les toilettes. 30€ la nuit avec clim. Bienvenue à Hong Kong!

Les rues commencent à se remplir et JB n’en revient pas de voir autant de monde autour de lui. Comme quoi, Hanoi n’est rien par rapport à Hong Kong 🙂 Les rues sont pleines d’activités, il y a des pubs partout, des flèches, indiquant des massages, restaurants, boutiques à tel ou tel étage de l’immeuble. Le quartier de Mong Kok est tout simplement l’un des plus denses du monde avec 130 000 habitants par km2 soit 6x plus qu’à Paris !

On repère vite le « Ladies Market », marché de nuit rempli de produits chinois pas cher. Consommatrice comme je suis, je craque pour un mini ventilateur à brancher au téléphone (pour 12HK$, soit 1,3€ c’est difficile de résister); avant de crier de joie en voyant une boutique Sasa. C’est le Sephora bon marché de Hong Kong, dont le site e-commerce de cosmétiques asiat fait fureur depuis ces dernières années dans le monde entier. C’est en voyant ce genre de boutiques que je me rends compte du virus qui frappe la Chine : les sheet masks. Oui oui, les masques en coton trempés de sérum hydratant, rendus populaires par les coréennes. Ils sont en vente partout partout, en général en box de 10, pour seulement 70HK$. Les hongkongaises doivent en utiliser beaucoup pour qu’on en trouve tous les 2 mètres. Je n’ai jamais vu ça dans les autres pays en Asie (pour savoir quels masques il faut acheter, regardez cette vidéo YouTube par meejuse).

On repère un bar à chats (Meow Meow Day Cafe) qui se trouve au 2ème étage d’un immeuble. Ca a l’air bien organisé : avant d’entrer, il faut enlever les chaussures, et porter des chaussettes (si on n’en a pas, on peut en acheter), se désinfecter les mains. La consommation est obligatoire (60HK$/boisson). Si on reste plus qu’une heure, il faut payer soit une boisson, soit 30HK$/personne. Il y a une vingtaine de chats « en activité » dans la salle. Ils peuvent quitter cette salle à n’importe quel moment pour se reposer au 1er étage, donc les chats qui sont dans cette salle avec les clients sont vraiment des chats qui souhaitent « travailler ». Les litières sont cachées dans la salle de bain à côté et une machine filtrant l’air et les odeurs, fait très bien son job.

14199577_325091761167428_4716362759304862106_n

On a la chance d’assister à la distribution de nourriture, qui attire à côté de nous des dizaines de chats. Après avoir mangé, deux chatons se portent volontaire pour jouer avec moi (et le plumeau qu’on m’a donné). Voilà, j’ai rechargé ma batterie « chats » pour les 3 prochains mois.

14290046_325153081161296_325445604181951889_o

On passe à Hong Kong Macau Ferry Terminal pour acheter deux tickets de bateau pour Macau le lendemain matin.

Jour ? : Big Bouddha

De retour à Macau, JB, effrayé par Mong Kok, décide de réserver une chambre d’hôtel plus grande (14m2 au lieu de 4m2 ouééééé), avec une super vue, mais un peu plus excentré, pour 50€ la nuit (alors que l’autre, c’était 30€ la nuit pour 4 mètres carré).

Mais on est obligé de partir le jeudi matin car les tarifs sont trop élevés pour ce week-end prolongé (jours fériés grâce à la fête de la pleine lune du mois d’août). Hong Kong est censé briller de milles feux avec des lanternes partout dans la ville, rythmé par des danses du lion le jeudi et vendredi. Cependant, un typhon risque de passer pas très loin, emportant avec lui beaucoup de pluie et de vent. Nous nous demandons pourquoi il faut payer 120€ la nuit pour regarder la pluie tomber ? Nous décidons de partir pour les Philippines le jeudi matin.

De plus, je me sens franchement pas bien à Hong Kong, je suis malade et je dors beaucoup sans savoir pourquoi. La clim ? la pollution ? manque d’air frais ? trop de bubble tea ? En tout cas, après 2h de transport pour atteindre le Big Buddha (dont 30 minutes de téléphérique, magnifique !), je suis complètement HS.

Heureusement la beauté du lieu justifie tous les efforts pour venir jusqu’ici. Le téléphérique traverse plusieurs montagnes, passe d’une île à l’autre. Il y a même des cabines avec fond transparent pour voir les paysages (qu’on n’a pas prise, ça m’aurait rendu encore plus malade). On peut même entrer dans le bouddha. Le temple en face du bouddha, est très joli aussi, nous avons même acheté des encens pour suivre la ferveur religieuse.

Le petit point négatif, c’est la vente des tickets de téléphérique. Heureusement que j’ai consulté le site officiel avant de venir, sinon je n’aurais RIEN compris à ce que disait le mec à la caisse. Il me demandait « Standard ou Crystal » ? comme si je devais deviner que Crystal était la cabine avec fond transparent. Ah oui, il m’a aussi demandé « Combo ou sans Combo » ? Que veux-tu dire par là ? Tu vends aussi des pop-corn ou quoi ? 😀 Bref, si vous voulez y aller, consultez le site officiel AVANT.

Voilà, tant dis que d’autres parcourent le monde, nous rentrons à l’hôtel pour que je passe le reste de ma journée à dormir comme un gros tas.

Jour ? + 1 : Nan Lian Garden, Star Ferry, Bar à chats

Nous visitons Nan Lian Garden pour respirer un peu d’air frais. Imitant le style des jardins de la dynastie Tang, ce jardin a été construit afin de promouvoir la culture chinoise aux hongkongais. C’est surprenant d’avoir autant de verdure au milieu de Kowloon, la zone la plus dense au monde. Chacun des arbres ici est taillé soigneusement, il y a 2 restaurants dans le jardin, dont un caché derrière une cascade d’eau. Si vous aimez les séries chinoises, vous aurez l’impression de vous trouver dans une de ces séries. Malgré la chaleur et le soleil, nous passons un moment zen dans ce jardin.

Direction Star Ferry, où nous prenons un ferry à 3,5HK$ soit 40 centimes d’euro pour passer de Kowloon à l’île Hong Kong (Hong Kong comporte plusieurs îles). On aurait pu le faire en métro, mais ce ferry est une expérience inratable pour tout visiteur à Hong Kong, afin d’admirer la skyline de Hong Kong, le coucher du soleil, et se rendre compte de la densité de cette ville. Forcément, avec un petit prix comme ça, on a fait l’aller-retour (jusqu’à Wan Chai car le trajet est plus long que le trajet jusqu’à Central).

L’avenue des stars étant en travaux, je propose à JB de rendre visite à mes amis les chats au Bar à chats Meow Meow Day Café, avant notre départ le lendemain matin pour les Philippines. Comme d’habitude, je passe de bons moments avec les chats et chatons; et en rentrant, j’ai même droit à un bon bubble tea.

On ne s’est pas rendu compte avant mais dans beaucoup d’endroits, il est possible payer avec la carte de transport prépayée Octopus : le ferry, les distributeurs de boissons/snacks, les supermarchés, certains restaurants… En gros, c’est une carte Moneo qui marche vraiment (ohhh je me moque, pas bien !). Nous vous recommandons donc de l’utiliser puisqu’on peut se faire rembourser ensuite le crédit non dépensé.

L’alerte niveau 1 est déclenchée pour le typhon dont je parlais tout à l’heure. Les hongkongais ont l’air d’avoir l’habitude puisque les hôtels, centres commerciaux, métros… sortent tous un panneau pour relayer cette alerte. Seule conséquence pour nous, l’hôtel a fermé la piscine extérieure à cause de cette alerte.

En conclusion, même si j’adore cette ville (je mange bien, je m’amuse bien, j’adore le shopping ici !!!), je ne pourrai probablement pas vivre à Hong Kong. Mon corps ne se sent pas bien ici. JB déteste cette ville depuis le premier jour, n’en parlons pas, il est trop grand pour pouvoir vivre dans 4 mètres carré, à besoin d’un air plus respirable et aspire à un peu moins de 120 000 personnes au km2.

De plus, je ne sais pas si c’est culturel mais je ne m’y fais toujours pas. Les gens me regardent beaucoup, c’est gênant. Pas parce que je suis avec JB (des fois je marche loin de JB et on me regarde avec la même intensité – et j’ai remarqué, ils me regardent MOI et non JB), ni parce qu’on remarque que je suis étrangère (ils me parlent tous en chinois), ni parce que je m’habille bizarrement (je m’habille comme eux). Ce n’est pas le regard de curiosité qu’on voit en Inde ou au Népal. Non, c’est un regard fixe, ça me met vraiment mal à l’aise, et puisque ça vient de personnes des deux sexes et d’âges différents, je n’ai qu’une seule explication : Je dois ressembler à quelqu’un de très célèbre 😀 ahahaha

 

Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.