Tour Du Monde 5 Continents

Quand rien n'est prévu, tout est possible

Visite d’Auschwitz et Birkenau (Pologne) : éprouvante et émotionnelle. Carnet de voyage

Nous venons de rentrer d’une longue visite à Auschwitz et à Birkenau. Je me force d’écrire cet article tout de suite, maintenant, sinon je n’aurai plus le courage d’y penser et revivre les émotions que m’a suscitées cette visite.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Nous sommes partis de Cracovie en train et 1h40 plus tard, nous arrivons à la gare d’Auschwitz (Oświęcim en polonais). La marche de 20 minutes entre la gare et le camp de concentration (devenu un musée) nous permet de nous rendre compte que ce camp n’était pas au milieu de nul part comme dans notre imagination. Mais bien au sein d’une ville (maintenant paisible). D’ailleurs, c’est aussi cette proximité avec des villages polonais aux alentours qui a permis aux prisonniers de passer des messages secrets aux révolutionnaires

L’entrée au musée comporte deux files : le premier pour les groupes, et le second pour les visiteurs individuels. Nous avons acheté les tickets une semaine avant sur internet, pour nous retrouver avec un groupe de 30 français à 13h. On nous donne à chacun un guide radio & les écouteurs – comme ça on peut entendre le guide de loin et il n’est pas obligé de crier.

Nous sommes 4 groupes à visiter le musée en même temps, à 15 secondes d’écart. Même si certains touristes ne parlaient pas français, ils ont quand même rejoint notre groupe car c’était le seul où il restait encore des places.

Les bâtiments servant de dortoirs pour les prisonniers que nous pouvons visiter à Auschwitz ont été réaménagés pour des expositions. Car Auschwitz était principalement réservé aux prisonniers (et expériences atroces) forcés à travailler jusqu’à ce que mort s’ensuive, l’extermination massive et méthodique se passait à Birkenau (à quelques km de là).

L’angle d’approche choisi par le musée était de montrer de manière factuelle, preuves à l’appui (photos, documents, anecdotes), ce qui s’est passé à Auschwitz et à Birkenau – en tentant de répondre très furtivement aux questions qui fâchent « pourquoi ils ne se sont pas révoltés ? », « pourquoi les alliés n’ont rien fait ? ». Par contre, la question « comment on en est arrivé là » n’était pas abordée.

Beaucoup de gens m’ont parlé d’Auschwitz en critiquant les aménagements faits pour le confort des touristes (murs repeints, chauffage central…), qui rendait les lieux moins authentiques.

Les moments qui m’ont choquée/marquée le plus, c’était quand nous visitions des salles remplies d’objets volés aux victimes (principalement les juifs, mais il y avait aussi des gitans, homosexuels, communistes, slaves…) : chaussures, brosses, bols…. il y en avait vraiment beaucoup beaucoup, et quand on se dit que chacun des objets correspond à un mort… et la salle qui m’a fait le plus de peine était celle où les cheveux des femmes (assassinées dans les chambres à gaz) étaient entassés. Les Nazis traitaient les prisonniers et les exterminaient comme des animaux, même après leur mort, ils n’étaient pas tranquilles : les cheveux ont été utilisés pour les matelas, leurs dents en or arrachés, leurs bijoux volés, leurs mains coupées :'(

Et puis, à la fin, on a terminé la visite par une vraie chambre à gaz, et un four crématoire reconstruit avec des matériaux d’origine. Je peux vous dire que tout le monde en est sorti les yeux rouges. On nous a proposés de nous asseoir 5 minutes après, puis une pause de 10 minutes tellement les émotions étaient fortes.

Birkenau

Après cette vision d’horreur, nous prenons tous une navette pour nous rendre à Birkenau, qui est beaucoup plus authentique qu’Auschwitz. Et là, nous tombons sur cette vision que nous avons tous en tête avec les images de nos livres d’histoire : les rails, et l’entrée à Birkenau.

Nous retrouvons l’endroit où les juifs étaient triés par un médecin en 5 secondes (à gauche la mort immédiate, à droite l’esclavagisme) – l’endroit est resté intact vs. la photo qu’on nous a montrée à Auschwitz.

Certains bâtiments (en bois) ont été reconstruits – il s’agit des bâtiments servant à héberger les prisonniers pendant les premiers mois de leur arrivée – pour leur briser le mental et le physique. Mais les chambres à gaz et fours détruits par dynamite – n’ont pas été reconstruits. Ils ont été laissés tels quels, dans leur état délabré. De toute façon, personne ne l’aurait souhaité.

Il y a des plaques commémoratives écrites dans 21 langues, dont une en français : « Que ce lieu où les nazis ont assassiné un million et demi d’hommes, de femmes et d’enfants, en majorité des juifs de divers pays d’Europe, soit à jamais pour l’humanité un cri de désespoir et un avertissement. »

Cette phrase m’a beaucoup marquée, elle est pleine de justesse.

Le guide nous a donnés beaucoup d’informations sur les conditions de vie, le vocabulaire utilisé par les Nazis. Il avait toujours les mots justes, une expression grave mais pas larmoyante. Bref, il était parfait.

Nous reprenons la navette, repassons au musée d’Auschwitz pour récupérer le sac à dos de JB puis nous prenons le premier bus pour rentrer à Cracovie, le cœur lourd.

La visite a été très instructive. A aucun moment, on ne s’est dit que c’était du voyeurisme. Il y avait beaucoup de respect dans le contenu que nous donnait le guide, et les touristes qui étaient là avaient énormément de respect pour les lieux, pour les victimes. Pas de selfies, juste des photos style documentaires. La présence de nombreux visiteurs israéliens rajoutait encore de l’émotions.

Si nous avons pris des photos, nous aussi, ce n’était pas pour montrer « regardez, on y était », mais comme le disait la plaque, que tout cela reste encré dans la mémoire, comme un « avertissement ». Nous avons tous été très affectés par cette visite de 3h30, épuisés physiquement et moralement. Tout était cynique et vicieux, de la manière de briser le moral des victimes pour en faire des esclaves, jusqu’à leur faire payer leur propre ticket de train vers la mort … et même après leur mort, leur dépouiller de tout. Comment en est-on arrivé là ?

 

Partie 2 : Conseils pratiques

Transport

Prenez soit le train (qui vous dépose à 25 mn à pied du musée), soit le bus (qui vous dépose juste devant le musée). Les deux partent de la gare Glowny à Cracovie.

15 zloty pour le train ou pour le bus / personne.

Tickets

achetez vos tickets à l’avance (2-3 jours avant minimum) sur : http://visit.auschwitz.org/?lang=en

Choisissez

Visit for individuals
Visit for individuals for whom a tour in groups with an educator is organised or for individuals without an educator

Puis General tour 3,5 h (en français si vous voulez). Prix : 45 zloty/personne

Cela inclut la visite guidée d’Auschwitz et Birkenau.

En réalité, s’il ne reste plus de places pour le tour en français, choisissez-en un au pif à la même heure que le tour en français; puis partez avec eux. Les guides ne comptent pas le nombre de personnes dans le groupe.
Certains touristes abandonnent aussi le groupe car ils préfèrent passer plus de temps à explorer eux-même le musée, c’est tout à fait possible. Il suffit de sortir du musée et prendre la navette gratuite pour visiter ensuite Birkenau.

La visite

Certaines choses peuvent vous choquer : le fait que les bâtiments soient reconstitués, le côté un peu trop touriste (vente de livres, cartes postales, des restaurants à proximité d’Auschwitz). Si ça vous gêne trop, prenez la navette et allez directement à Birkenau. Cependant, la visite d’une vraie chambre à gaz et du four ne se fait qu’à Auschwitz.

Je vous conseille vraiment la visite, même si elle est chargée d’émotions.
Et je vous conseille d’y consacrer toute une journée car on n’a plus du tout la tête à autres choses après.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Tour Du Monde 5 Continents

Theme by Anders Norén