Tour Du Monde 5 Continents

Quand rien n'est prévu, tout est possible

Les Chutes d’Iguaçu / Iguazú (Brésil & Argentine) : une merveille de la nature

Les chutes d’Iguazú font partie des expériences les plus extraordinaires que nous ayons vécues pendant notre tour du monde. On les classera facilement dans le top 10 de notre voyage.

Partie 1 : Les chutes d’Iguaçu côté brésilien

Comment y aller

Comment nous venons du Paraguay, nous choisissons de passer une nuit à la ville de Foz do Iguaçu, à l’hôtel Iguassu Central Bed & Breakfast, que je vous recommande vivement puisqu’il est à côté de tous les bus et les bons restaurants.

Depuis le terminal de bus urbain tout près de notre hôtel, nous prenons le fameux bus 120 en direction du parc national d’Iguaçu, pour 3,75 reals/personne. Ce bus est très fréquenté, à la fois par les locaux, les touristes et ceux qui vont/travaillent à l’aéroport. C’est seulement au bout de 30 minutes que nous arrivons à trouver une place où nous asseoir, au fond du bus, là où il y a un petit courant d’air.

Nous sommes déposés à l’entrée du parc. Il faut acheter des tickets d’entrée (65 reals/personne) qui incluent un bus panoramique qui nous mène aux points de vue.

Visite des chutes du côté brésilien

Du côté brésilien, il n’y a pas beaucoup de chutes donc il suffit de suivre un petit sentier d’2km qui comportent de nombreux balcons, une passerelle de 1km amenant jusqu’au milieu d’une chute; et enfin, un ascenseur permet de voir une autre chute, mais d’en haut.

J’avoue que la première vision des chutes m’a un peu déçue : nous sommes trop loin, et je regarde les superbes passerelles des visiteurs du côté argentin avec envie. De plus, de nombreux quatis nous attendent, il faut faire attention là où nous mettons les pieds car ils peuvent passer entre nos jambes, à la recherche de la nourriture. Ils ont l’air tout mignons comme ça mais cela reste des animaux sauvages. Trop nourris par les humains, ils en deviennent dépendants et peuvent mordre si on ne leur donne pas à manger.

Mais ma première déception s’estompe très vite, car plus on avance, plus on découvre des chutes impressionnantes, plus on est émerveillé.

Les Chutes d’Iguazu vues du côté brésilien #iguazu #roundtheworld #brazil

Une publication partagée par JB & Anh (@tourdumonde5continents) le

La passerelle au milieu du courant nous garantit une bonne douche, on dirait qu’il pleut en fait, mais c’est cela provient juste de l’eau que déverse l’énorme chute à gauche. Les plus frileux sortent leur poncho de pluie, pendant que ceux qui crèvent de chaud comme nous se contentent au plus d’un chapeau et d’un sac plastique pour protéger le matos.

Etre au bord d’une chute, sur une passerelle, et regarder cette énorme quantité d’eau se déverser dans le vide est une vision assez rare, qu’on voit sur les vidéos ou grâce aux drônes, mais je ne pensais pas qu’on puisse le faire un jour. Nous ne sommes pas très très loin de la Gorge du Diable, mais cette partie crée tellement de brume que tout est blanc, on ne voit plus le côté argentin.

Ensuite, depuis le bâtiment d’à côté, on peut admirer une énorme chute d’en bas, toute en sécurité. Le volume d’eau est impressionnant, je pense que si je mettais une pastèque en dessous, elle se serait cassée en mille morceaux.

Un petit ascenseur nous amène jusqu’en haut de cette même chute, c’est trop beau !

Voilà, c’est fini, on reprend le bus panoramique pour rentrer.

Survol du parc en hélicoptère

A la sortie du parc, il y a le bureau d’Helisul, où l’on peut prendre un hélicoptère pour voir les chutes. Ce service n’existe que côté brésilien (car ça n’a aucun sens de le voir du côté argentin). Le vol dure 10 minutes, pour 430 reals. Il n’y a absolument aucun briefing sécurité, mais c’est le genre d’hélicoptères qui ne sont pas très dangereux pour les novices car il n’a pas d’hélices devant (l’hélice devant peut paraître invisible et donc couper un bras, comme ça).

Nous avons la chance d’être placés à l’avant juste à côté du pilote donc pendant les 3 minutes de vol qu’il nous faut pour atteindre les chutes, nous avons toujours les chutes en vue. D’ailleurs, on voit la brume blanche créée par la Gorge du Diable de loin, tellement le débit est impressionnant.

L’hélico fait plusieurs tours au-dessus des chutes, comme ça tout le monde peut bien les voir, qu’on soit placé à gauche ou à droite de l’hélico.

La vidéo que je vous montre ci-dessous est juste pour illustrer mes propos, la GoPro filmait toute seule pendant que je regardais, donc je n’ai pas fait attention au cadrage. En réalité, la vision est encore plus impressionnante que ça, on voit bien les différents étages des chutes et découvre les passerelles argentines menant jusqu’à la Gorge du Diable (chose qu’on n’a pas pu voir depuis le sentier côté brésilien).

Survol des chutes d’Iguazu en hélicoptère #brazil #roundtheworld #iguazu

Une publication partagée par JB & Anh (@tourdumonde5continents) le

On dirait que la terre a fissuré sous la pression de l’eau… c’est une vision tellement extraordinaire et tellement unique que même si j’ai déjà vu ces images en vidéo, je devais absolument le voir de mes propres yeux pour y croire.

En sortant d’Hélisul, on tombe sur un petit foodtruck vendant des empanadas argentines pour 10 reals. C’est hors de prix, mais les empanadas sont faites sur commande -> les meilleures de l’Amérique du Sud.

Nous reprenons le bus 120 dans l’autre sens pour récupérer nos bagages à l’hôtel. Nous avons encore des pesos argentins depuis notre dernier voyage en Patagonie, nous les sortons et rangeons les reals pour notre retour au Brésil 2 semaines plus tard.

Note : On aurait pu venir avec nos bagages et les faire garder aux consignes du parc. Le bus Rio Uruguay s’arrête devant le parc aussi et peut nous amener directement en Argentine pour 40 pesos argentins/personne.

Partie 2 : La traversée de frontière Brésil – Argentine

Comme le bus jusqu’à l’Argentine passe près de notre hôtel, on l’attend dans la rue. 20 minutes plus tard, le voilà ! Il suffit d’héler pour qu’il s’arrête ! Les compagnies Rio Uruguay et Crucero del Norte assurent les traversées de frontières entre 3 pays : Paraguay (Ciudad del Este), Brésil (Foz do Iguaçu) et Argentine (Puerto de Iguazú) ainsi que les déplacements vers les chutes brésiliennes pour les argentins.

Pour 20 pesos/personne, il nous amène jusqu’au terminal de bus de Puerto Iguazú en Argentine. Cependant, comme on doit s’arrêter à la frontière brésilienne pour recevoir le tampon de sortie, le conducteur nous abandonne là et nous dit de montrer le même ticket au prochain bus de la même compagnie.

Il fait beaucoup trop chaud alors au lieu d’attendre la même compagnie, on repaire une autre compagnie (Crucero del Norte ou Itaipú, 20 pesos/personne, toujours). A la frontière argentine, tout le monde doit descendre, avec ses bagages. Le contrôle d’immigration se fait très rapidement. Cependant, le conducteur n’attend personne, 10 minutes à peine, tant pis pour deux de nos compatriotes qui ont l’air d’avoir un problème avec l’immigration argentine.

Le bus nous amène jusqu’au terminal de bus, en faisant un gros détour dans la ville. Notre hôtel est juste à côté, on se contente d’y aller à pieds puis dîner à l’hostal Bambu qui propose d’excellents woks à 130 pesos.

Partie 3 : Les chutes d’Iguazu côté argentin

Comment y aller

Depuis le terminal de bus, deux compagnies : Crucero del Norte & Rio Uruguay peuvent nous amener jusqu’à l’entrée du parc national d’Iguazu, pour 130$AR l’aller-retour. On choisit Rio Uruguay car on voit ces bus plus souvent que Crucero. Le trajet dure 20-30 minutes.

Visite des chutes d’Iguazú côté argentin

A peine déposés au parc, on se renseigne sur la possibilité de se rendre sur la Isla San martin. Malheureusement, elle est fermée aujourd’hui à cause du niveau d’eau. La bonne nouvelle c’est qu’on nous tamponne notre passeport d’un joli tampon « Iguazu », ce qui complète notre collection de « tampons souvenirs », avec Ushuaia et Machu Picchu. Si vous voulez la même chose, rendez-vous au bureau des gardes à gauche de l’entrée.

Le ticket d’entrée coûte 330$AR/personne. Ceux qui veulent revenir le lendemain peuvent se faire tamponner leur ticket à la fin de la journée, pour avoir une réduction de 50% le lendemain.

Les blogs nous conseillent de prendre « Sendero Verde » pour accéder directement aux circuits (au lieu d’attendre longtemps le train qui passe toutes les 30mn), ce que nous faisons. Comme il pleut et qu’on a peur que l’un des circuits soit fermé, on choisit de faire les circuits les plus importants d’abord.

C’est ainsi qu’à la fin du parcours Sendero Verde, nous prenons le train jusqu’à la station Gorge du Diable (celui-ci passe toutes les 15 minutes). 15 minutes plus tard, nous arrivons et découvrons encore une fois des quatis attendant sagement à côté des poubelles et des chaises de pique-nique.

Malgré ces pictogrammes assez explicites, il y en a qui donnent à manger aux quatis !!!

Une passerelle de 1km++ nous amène jusqu’aux chutes les plus impressionnantes du parc, totalement inaccessibles depuis le côté brésilien car le courant est beaucoup trop fort. Il pleut de plus en plus, et la brume créée par l’ensemble des chutes n’aidant pas. Même avec mon imperméable, je suis trempée. Les photos sont pourries, mais qu’est-ce qu’on est heureux !

Comment vous décrire le spectacle irréaliste qui s’offre à nous ? Je vais essayer au mieux.

Entre le bruit assourdissant venant de tous les côtés, une vision plus qu’irréelle d’une chute haute de plusieurs étages, dont on ne voit pas le fond à cause de cette brume épaisse qu’elle crée, survolent des oiseaux au milieu, en rond, pour attraper les pauvres poissons qui tombent avec les chutes. Il y a comme un rythme régulier, la brume s’épaissit puis s’estompe, s’épaissit de nouveau et s’estompe, créant un spectacle de rêve. Quand la brume s’estompe, d’autres chutes se révèlent à nous, pour disparaître de nouveau quand la brume s’épaissit. Les oiseaux continuent de voler, en rond, certains repèrent un poisson et disparaissent dans la cascade…

On a du mal à imaginer cela possible. Surtout quand on voit les anciennes passerelles sur notre droite, complètement détruites en 2015, emportées par le courant. On regarde bien les passerelles sur lesquelles on est en train de marcher et on a quand même du mal à croire qu’on est juste à côté d’une des chutes les plus fortes au monde.

Sur le chemin du retour, on croise un petit crocodile. Un touriste lui balance un morceau de jambon, qu’il essaie de manière paresseuse d’attraper en ouvrant tout simplement sa bouche. Mais d’autres petits poissons sont plus rapides et attrapent le morceau de jambon en l’éloignant bien loin du crocodile ahahah.

Nous continuons ensuite la visite en explorant le circuit supérieur qui passe au-dessus des cascades.

On peut voir d’autres touristes en bas, ceux qui suivent le circuit inférieur.

Le circuit inférieur, celui que j’aime le moins (car on voit plus de forêts que de cascades), m’offre cependant la vision que j’aime le plus des chutes d’Iguazu. Il y a un côté paradisiaque depuis ce point de vue, notamment les petites cascades à deux étages et la végétation qui se cache tout au long des cascades (qu’on ne voit pas sur les photos). Voilà ma photo préférée des chutes !

C’est avec cette vision paradisiaque que nous quittons le parc, trempés, froids, fatigués mais heureux. Nous croiserons quelques oiseaux que nous n’avons encore jamais vus de notre vie, et des mini-singes en train de manger de (grosses) fourmis cachées dans un tronc d’arbre. Décidément, ce côté des chutes est encore plein d’animaux.

Très fatigués de notre journée, nous nous offrons un bon dîner chez AQVA, un steak house argentin. Les portions sont toujours monstrueuses ici 😀 mais j’ai réussi à tout finir.

Partie 4 : Budget

Côté brésilien

  • Taxi depuis le Paraguay : 25 reals (ou 20 pesos argentins/personne si vous prenez le bus)
  • Hôtel : Iguassu Central Bed & Breakfast 75 reals/chambre double (sans petit-déjeuner) -> super bien situé, je vous recommande les yeux fermés
  • Bus : 7 reals aller/retour par personne
  • Entrée au parc : 65 reals/personne
  • Hélicoptère : 430 reals/personne
  • Déjeuner : 30 reals pour deux

TOTAL : 1134 reals pour deux soit 345€ (avec l’hélico + une nuit à l’hôtel la veille)

ou 274 reals pour deux soit 83€ (sans l’hélico, avec une nuit à l’hôtel)

Côté argentin

  • Bus Foz do Iguaçu – Puerto Iguazú : 20$AR/personne, 40$AR si vous perdez patience comme nous
  • Hôtel : 2 nuits
    • 500$AR/nuit chambre double chez Hotel Lilian
    • sinon c’est 180$AR/lit en dortoir chez Hostel Park Iguazu, petit-déjeuner inclus
  • Bus : 130$AR aller/retour par personne
  • Entrée au parc : 330$AR/personne
  • Déjeuner (acheté en ville et amené au sein du parc) : 145$AR pour deux
  • Restaurants : à partir de 130$AR/personne. Pour un bon morceau de viande argentine (et je vous recommande), comptez 300$AR/personne +10% de pourboire

TOTAL : à partir de 2785$AR pour deux soit 170€ (avec deux nuits à l’hôtel et repas économiques). Si vous ne passez qu’une seule nuit, cela descend à 1905$AR pour deux soit 116€ (dans cette estimation, j’ai bien enlevé 1 nuit d’hôtel et 2 repas)

Autres dépenses possibles :

  • Bus Buenos Aires – Puerto Iguazu : 1700$AR/personne l’aller -> à ce prix il vaut mieux réserver l’aller-retour en avion Buenos Aires – Foz do Iguaçu (l’aéroport brésilien, 150€ l’aller-retour si c’est réservé tôt). Il y a un aéroport du côté argentin, mais les tarifs semblent être plus intéressants si vous atterrissez au côté brésilien. Le bus 120 vous amènera directement depuis l’aéroport brésilien au parc national brésilien (où il y a des consignes pour vos bagages)
  • Avion Rio de Janeiro – Foz do Iguaçu : 145USD aller-retour avec GOL

Les visas pour le Brésil et l’Argentine sont gratuits pour les français. Mais si vous êtes canadiens, américains… vérifiez les tarifs !

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Tour Du Monde 5 Continents

Theme by Anders Norén